En Europe et ailleurs

Québec

Campagne de sensibilisation à la qualité de la vie nocturne

Image

Image

La Société de développement de l'Avenue du Mont-Royal (SDAMR) a dévoilé le bilan de sa toute première campagne de sensibilisation à la qualité de la vie nocturne dans des bars et restaurants de Montréal. Durant tout l'été 2011, pas moins de 60 000 sous-verres, 75 autocollants et 60 affichettes ont été installés dans 35 bars et restaurants de l'avenue du Mont-Royal afin d'informer leurs clients à propos de l'importance de respecter la quiétude du voisinage.

Ce projet pilote est le fruit d'une longue réflexion amorcée par la SDAMR à l'automne 2009. À l'hiver et au printemps 2010, des visites dans les villes de Barcelone et de Lyon ont permis de comprendre les principes et les actions qui composent les meilleures politiques européennes de préservation de la vie nocturne. La clé de ces différentes politiques se trouve presque toujours dans la médiation et la sensibilisation plutôt que la coercition. Une approche que la SDAMR appuie entièrement.

Selon Bertrand Hubert, propriétaire du bar Le Boudoir et membre du Conseil d'administration de la SDAMR, « Souvent, le premier réflexe des autorités municipales pour gérer les nuisances émises par les établissements qui animent la nuit est la coercition. Mais la plupart des propriétaires de ces établissements sont pourtant très ouverts à accepter des mesures axées plutôt vers la concertation et la médiation. Nous sommes convaincus que le bilan de notre campagne de sensibilisation saura amener les décideurs dans cette voie ».

Bien que l'avenue du Mont-Royal soit loin d'être le lieu où la vie nocturne entraîne le plus de nuisances, il est toujours important d'assurer une bonne cohabitation entre les résidents du quartier et les activités commerciales. « En 2005, nous avons participé activement à la réalisation et à l'implantation du premier code de bon voisinage à Montréal en collaboration avec les citoyens, et en 2011, nous avons cru bon d'en faire encore un peu plus. Nous avons rencontré nos membres et leurs employés, et il en est ressorti un très grand intérêt pour une campagne de sensibilisation auprès de leur clientèle » affirme Michel Depatie, directeur général de la SDAMR.

L'ASDCM demande la préservation de la vie nocturne montréalaise

L'Association des Sociétés de développement commercial de Montréal (L'ASDCM) a, par ailleurs, demandé au maire de Montréal, M. Gérald Tremblay, de faire de Montréal la première ville nord-américaine à se doter d'une charte de vie nocturne, comme l'ont fait de nombreuses villes européennes, et de mesures pour la préservation de la vie nocturne montréalaise tout en assurant la quiétude dans les milieux de vie.

Selon M. Claude Rainville, président de l'ASDCM : « Il faut à tout prix éviter une fermeture de plusieurs établissements de la vie nocturne par des excès de coercition. Montréal est mondialement reconnue comme une métropole culturelle offrant une vie nocturne festive. Cette particularité rapporte beaucoup aux Montréalais. Non seulement peuvent-ils se divertir et enrichir leur culture plus facilement qu'ailleurs, mais ils bénéficient directement des 2,1 G $ en retombées annuelles liées au tourisme, dont une partie dépend de la vie nocturne exceptionnelle de Montréal. En plus de procurer de l'emploi à des milliers de Montréalais, la vie nocturne participe grandement à la qualité de vie dans les quartiers de la métropole. C'est pourquoi il est nécessaire de la préserver adéquatement comme l'ont fait déjà plusieurs villes européennes telles que Barcelone et Lyon. »

En conséquence, l'ASDCM a demandé à la Ville de Montréal d'adopter dès 2012 une charte de vie nocturne, de mettre en place des brigades de médiation liée aux nuisances, d'investir dans des campagnes de promotion de la vie nocturne et de sensibilisation invitant les noctambules à se comporter avec civisme, et enfin, de mettre sur pied un programme de financement afin d'aider les propriétaires d'établissements nocturnes à améliorer l'isolation acoustique de leurs bâtiments. Elle demande également au Gouvernement du Québec de participer financièrement à ces projets, notamment en matière d'éducation au civisme.

www.mont-royal.net

Barcelone

« A Barcelone, la nuit, diminution du volume »

Image

Depuis 2002, Barcelone a mis en place ses agents du silence dans la ville. La démarche est pédagogique et vise à montrer aux sortants que le repos de certains et le divertissement des autres sont compatibles. Le dispositif est un réel succès, ils ont récemment fêté leur 10ème édition. La campagne a lieu de juillet à septembre mais continue depuis 2012 sur les zones problématiques tout au long de l'année. Ce sont exclusivement des acteurs qui demandent aux noctambules de parler moins fort. Il existe également des agents qui expliquent aux sortants les objectifs de la campagne. Ils interviennent du jeudi au samedi de 23h à 3h dans les zones de restauration et pubs et de 23h à 6h pour les zones avec discothèques. Leurs visuels de communication ont été déclinés sur différents supports : drapeaux, stickers, t-shirts, affichage urbain, sucettes...

Toulouse

Six médiateurs de tranquillité publique

Image

La Ville de Toulouse a mis en place six médiateurs de tranquillité publique. Leur mission consiste, à partir notamment d'appels qui parviennent à l'Office de la tranquillité, à aller sur le terrain pour effectuer de la médiation dans le cadre des conflits de voisinage et de nuisance sonore.

Ils sont six. Une femme et cinq hommes. Ce sont les médiateurs de tranquillité publique mis en place par la Ville. Ils ont pour missions, à partir notamment des appels qui parviennent à l'Office de la Tranquillité, d'aller sur le terrain pour effectuer de la médiation dans le cadre des conflits de voisinage et d'intervenir dès lors que des nuisances sont générées par des bars, terrasses, discothèques, pour réaliser une médiation par le dialogue ou aider au constat et à la recherche de solutions pérennes. L'objectif est ainsi d'instaurer le dialogue entre les différentes parties pour apaiser le conflit et trouver une solution, ensemble.

Pour effectuer leurs missions, les médiateurs travaillent en binôme, du mardi au samedi, de 16 à 24 heures. Outre leur expérience personnelle (métier en relation avec le public et gestion de conflit), ils ont complété leur compétence par des formations aux techniques de médiation sociale et, en interne, auprès de divers services de la Ville.

www.toulouse.fr

Strasbourg

« Dehors la nuit, faites moins de bruit »

Image

Depuis 2010, la ville de Strasbourg a mis en place une campagne de sensibilisation afin de sensibiliser tous les usagers nocturnes de la rue aux nuisances sonores. Cette campagne, intitulée « Dehors la nuit, faites moins de bruit », s'est traduite par une campagne de communication. Des affiches sur mobilier urbain ont été disposées dans la ville. Des affiches, des flyers ainsi que des sous-bocks ont également été mis à disposition par les exploitants de lieux auprès de leurs clientèles. Cette campagne a été renouvelée en 2011 et des médiateurs de nuit ont été engagés pour effectuer de la médiation auprès des sortants.

La Ville et les exploitants des bars et discothèques ont, par ailleurs, signé une charte de qualité de la vie nocturne en mai 2012. Véritable engagement des bars et discothèque de travailler en partenariat avec la Ville au respect des réglementations en vigueur, cette charte vise à réduire les bruits liés à la présence des clients fumeurs devant leurs établissements depuis l'interdiction de fumer du 1er janvier 2008. Les établissements s'engagent aussi à participer à des campagnes de prévention dans le domaine de la sécurité routière et des infections sexuellement transmissibles telles le SIDA.

www.strasbourg.eu

Nancy

« Bruit, non merci ! »

Image

La lutte contre le bruit est une des missions du service Santé-Environnement de la Ville de Nancy. Un programme d'actions a ainsi été établi afin de prévenir les nuisances sonores : une commission de prévention et de lutte contre les nuisances sonores composée d'élus, de personnels de mairie, de policiers, des présidents des Ateliers de vie de quartiers travaillent ensemble et valident un plan de prévention et d'action, une brigade nocturne intervient dans les bars, des personnels communaux sont mandatés pour constater les infractions en matière de bruits de voisinage...

www.nancy.fr

Lausanne

Clair de lune

Image

Durant deux années consécutives (2005 et 2006), la ville de Lausanne a mis en place, à travers, la direction de la sécurité publique et de sports, la campagne « Clair de lune ». Cette campagne avait pour objectif de sensibiliser les noctambules à la problématique du bruit engendré à la sortie des établissements publics. L'action de prévention, assurée par deux comédiens professionnels, se déroulait dans les bars et les clubs lausannois.

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières infos !

Galeries photos

Galeries photos

Voir les galeries

Professionnels

Dossier de présentation, documentation, logos, outils de communication...

Lire la suite...

Rejoignez-nous !

Adhérer à l'association, consulter les offres d'emploi, de stage, auditions & appels à projets, devenir AMI des Pierrots de la Nuit...

Lire la suite...